2 à 3 ans, pourquoi commencer par les jeux coopératifs ?

2 à 3 ans, pourquoi commencer par les jeux coopératifs ?

2 A 3 ANS, POURQUOI COMMENCER PAR LES JEUX COOPERATIFS ?

 

Tout est allé très vite. Vous avez à peine tourné le dos que voilà votre pimpant petit nourrisson déjà sur ses pieds, articulant consonnes et voyelles avec audace.

L’enfant est tout affairé à ses premiers jouets : voiturettes, puzzles, poupées… Ce qui vous fait vous demander bien justement « à quand les jeux de société ? », ou, plus prosaïquement « quand pourrons-nous enfin faire nos premiers jeux ensemble » ?

La question est bien avisée, puisque justement entre deux et trois ans, son développement est à point pour les découvrir. C’est le moment des premiers jeux !

Alors vers quoi va-t-on se tourner ? Il y a les jeux classiques de compétition, mais il y a aussi les jeux coopératifs, qui provoquent pas mal d’excitation dans le monde des parents et de l’éducation. Pourquoi cette frénésie, cette émulation autour des jeux coopératifs ?

Parce qu’ils sont assez géniaux. Vous nous soupçonnerez, à raison, de ne pas être totalement impartiaux sur la question, alors voici les avantages concrets et empiriques des jeux coopératifs à l’âge de 2 et 3 ans !

 

> Il n’apprend pas à « écraser les autres pour réussir »

C’est vrai à tout âge avec les jeux coopératifs : ils développent l’esprit d’équipe. Mais avec les enfants de 2-3 ans, nous sommes sur une période clef où l’enfant devient capable de faire un jeu avec d’autres personnes.

En choisissant un jeu coopératif, son premier contact avec le jeu à plusieurs sera donc celui d’une coopération et non d’une compétition.

Ce qui change beaucoup de choses.

D’abord, cela définit l’autre dans un comme un égal, voire une aide potentielle, et non un adversaire. Autrement dit, on va contribuer à construire sa relation aux autres dans le positif et non le négatif.

Autre point important : plutôt que d’apprendre par le jeu à associer la réussite des autres à son échec personnel, l’enfant va se construire une représentation du monde où sa réussite n’est pas inféodée à l’échec des autres. Autrement dit, il apprend à ne pas écraser les autres pour avancer dans la vie. Soit à devenir quelqu’un de bien en fait ;)

 

> Les 2-3 ans sont mieux « cablés » pour jouer aux jeux coopératifs

A 2 ans, un enfant n’a pas de notion de compétition. Si vous faites un jeu de course, il ne verra pas l’intérêt de vous jeter une banane sous les roues pour vous ralentir. S’il est donc trop jeune pour entrer dans une vraie compétition, il est en revanche à l’âge pivot pour commencer à s’amuser à atteindre un objectif avec ses camarades !

 

> L’enfant apprend que les règles peuvent être « pour »

Deux ans, c’est l’âge où on commence à découvrir et à intégrer la notion de règles. Dans la vie de tous les jours, elles sont vite assimilées à des obstacles, des nuisances (même chez nous les adultes).

Or les règles ont bien souvent une contrepartie positive : si l’on attend que le bonhomme passe au vert, c’est pour traverser en toute sécurité, si l’on ne mange pas à n’importe qu’elle heure, c’est pour se laisser le temps de digérer, etc.

Le jeu coopératif permet justement de donner de la place à cette contrepartie positive. Autrement dit, à intégrer l’idée que les règles ne sont pas « quelque chose de nuisible », mais quelque chose « pour ».

Dans le cadre de ses premiers jeux, l’enfant va par exemple découvrir la règle du « chacun son tour ».

Dans un jeu de compétition, laisser le tour à l’autre revient entre autres à lui laisser la possibilité de prendre le dessus, et donc de me battre. Pour l'enfant, dans ce cas précis, suivre les règles, c’est donc  « se mettre en danger », et par extension, il peut associer la notion de règle à ce qui pourrait lui être défavorable."

A l’inverse dans un jeu collaboratif, en laissant jouer l’autre, on lui donne l’occasion de nous rapprocher de notre but commun. Suivre les règles permet donc aussi d’aboutir à un objectif, et l’enfant apprend que ça peut lui être favorable.

Avec un jeu coopératif, il peut ainsi faire l’expérience de règles qui « lui veulent du bien » et apprendre à en tirer parti plutôt qu’à s’y opposer d’office envers et contre tout.

 

> Il sera mieux préparé pour développer la « synergie »

A cet âge-là, les enfants n’ont pas encore développé la capacité où la notion de synergie : « mettre ses efforts en commun pour être plus forts ». Cela viendra plus tard.

D’ailleurs, les premiers jeux collaboratifs ne jouent pas sur la synergie, mais seulement sur l’existence d’un objectif commun : on vise tous la même chose (et donc, comme on le disait précédemment, nul besoin de mater les autres pour être un gagnant). C’est la notion de gagnant-gagnant, avant celle de « à plusieurs on va plus loin ».

Mais ce qui est intéressant, c’est que les deux sont liées, la seconde découle de la première. En effet, on ne peut pas envisager de synergie tant qu’on est encore bloqué à concevoir l’autre comme l’ennemi à abattre.

En construisant donc d’abord et au bon moment la brique « gagnant-gagnant » avec les jeux coopératifs, on est donc déjà en train de préparer le terrain pour la brique suivante, qui se mettra en place vers 5-6 ans, « à plusieurs on va plus loin ».

 

> Les parents s’amusent bien plus

On termine avec ce qui nous intéresse vraiment, ne faisons pas de mystères ! Avec les jeux coopératifs, les parents jouent pour de vrai, ils s’amusent.

Dans un jeu compétitif, il n’y a d’intérêt que si les deux adversaires sont au même niveau. On se retrouve donc vite à faire semblant d’être moins fort… et donc à faire semblant de jouer…et donc à s’ennuyer sévèrement.

Dans un jeu collaboratif, on poursuit un objectif commun, donc le parent peut jouer pour de vrai, à son niveau.

Mieux, il y a souvent un challenge pour le parent et un pour l’enfant. Dans les jeux de mémo par exemple, il faut se souvenir des cartes qu’on a retournées pour gagner et la grande mémoire d’un parent a toute son utilité !

 

Voilà pour les principaux avantages des jeux coopératifs à cet âge-là,  ils sont nombreux et la liste pourrait être allongée. Maintenant, reste la question : on joue à quoi, alors ? Allez, on vous prépare une petite liste de nos jeux coopératifs favoris pour les 2-3 ans !

Posted on 22/11/2017 Home, Actualités 0 1651

Laisser un commentaireLeave a Reply

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Rubriques du blog

Derniers commentaires

Recherche sur le blog

Précédent
Suivant

No products

To be determined Livraison
0,00 € Total

Commander